Clôture plage : quel matériau résiste le plus au sel, au sable et aux embruns ?

Clôture plage
par dkgroup posté le 4 Juin 2021

Construire le long de la côte nécessite de lutter contre quatre choses : le sel, l’eau, le vent et le sable. Cette combinaison d’éléments corrode et décompose à peu près tous les matériaux, y compris les clôtures. Il faut donc une clôture très résistante mais pas chère pour y faire face.

Clôture plage : à quoi on a affaire ?

Il est évident pour la plupart des gens que la construction sur la côte comporte un ensemble de défis spécifiques et à quel point la recherche de clôture plage est difficile. C’est à cause de quelques éléments clés que l’océan fournit. Chacun d’eux, à lui seul, peut accélérer l’altération, mais ensemble, ils constituent une force qui peut endommager presque tous les matériaux.

  • Sel : Lorsque les matériaux sont exposés à la corrosion du sel, leurs surfaces sont altérées par ses caractéristiques physiques et chimiques. Les structures métalliques sont particulièrement sensibles au pouvoir d’altération du sel. Alors que l’eau est la principale force d’accélération menant à la rouille, les ions contenus dans le sel entraînent des réactions chimiques qui augmentent encore plus la vitesse de corrosion. Ces réactions sont ralenties par la présence de zinc.
  • Sable : Une théorie sur la façon dont les anciens Égyptiens extrayaient des blocs pour leurs monuments, comme les pyramides, était qu’ils utilisaient des scies à cuivre guidées par le sable pour tailler des blocs de pierre. Le fait que cela soit réellement possible témoigne du pouvoir d’altération du sable. Alors que naturellement, le sable soufflé par le vent n’a pas la force concentrée du sablage ou de l’utilisation de papier de verre, le martèlement quotidien du sable soufflé par le vent peut endommager les finitions et même user la peinture.
  • Spray : Dans cette discussion, spray se traduit vraiment par « plus d’eau ». Non seulement les embruns océaniques contiennent leur juste part de sel, mais ils rendent également les structures près du rivage plus humides plus souvent qu’elles ne le feraient plus à l’intérieur des terres. Il va sans dire que la résistance à l’humidité est essentielle lors de la construction sur la côte.

Les meilleures clôtures plages

Quel que soit le matériau de clôture que vous choisissez pour votre clôture au bord de l’océan, la protection consiste toujours à garder les éléments à l’écart du matériau de base de la clôture. Voici les meilleurs candidats à une clôture respectueuse de l’océan, et leurs avantages et inconvénients :

  • Cèdre et séquoia

En raison de leur résistance naturelle à l’humidité, le cèdre et le séquoia sont des matériaux très populaires pour la construction de clôtures côtières. Mais cela ne veut pas dire que ces bois n’ont pas besoin de protection contre le sel, le sable et le soleil. Sur la côte, même le cèdre et le séquoia doivent être teints ou peints, puis repeints et repeints à intervalles réguliers. Les clôtures en bois ne sont généralement pas le meilleur choix si vous recherchez une clôture qui ne bloque pas la vue.

  • Vinyle

Les clôtures en vinyle de qualité supérieure peuvent fonctionner assez bien dans les conditions de la côte. Étant en plastique, la majorité de la clôture ne sera pas affectée par l’humidité et peut être résistante au sel et au sable si elle est bien faite. La faiblesse des clôtures en vinyle réside dans les attaches.

  • Acier

Dans le passé, l’acier était un mauvais choix pour les clôtures côtières, à moins que l’on ne veuille devenir un cultivateur de rouille. La rouille est le plus gros inconvénient de l’acier, et comme cela a déjà été mentionné, la présence de sel aggrave cette tendance. Cela dit, il existe quelques exceptions notables à cette règle. Avec plusieurs revêtements de haute qualité, l’acier peut être un choix extrêmement pratique pour clôturer une côte. Une couche épaisse de galvanisation est importante, mais pas suffisante.

à propos de l'auteur